Retrouvez le dernier numéro de votre magazine de robotique chez votre libraire le 27 février ! Découvrez l’édito ainsi que quelques extraits de ce numéro dans la suite de cet article.
Bonne lecture !

Edito

Nous pourrions nous dire que Planète Robots n’est pas touché par les problèmes de la liberté de la presse. Aujourd’hui, c’est totalement vrai mais dans un avenir plus ou moins lointain, je ne suis pas si sûr que nous y échapperons.
Il y a quelques semaines, un journal a été durement frappé parce qu’il usait d’une liberté essentielle de notre pays, celle de la presse. Même si nous avons perdu sur ce terrain depuis quelques années, la liberté de s’exprimer reste (et, espérons-le, restera) un des piliers de la démocratie. En quoi Planète Robots, ce magazine traitant de la robotique et des nouvelles technologies peut-il être atteint par une diminution de cette liberté?
J’ai tout de suite fait le rapprochement avec ce que nous réserve l’avenir de la robotique et des systèmes automatisés. Avec l’arrivée massive des robots dans notre vie quotidienne, certaines catégories de personnes mal informées mettront probablement en place des comités antirobots ou antitranshumanistes. Elles pensent que les robots sont destinés à nous remplacer
sur le marché du travail, ce qui est un raccourci totalement faux, émis par des médias mal renseignés (cf. le numéro 31 de Planète Robots).
Des personnes mal intentionnées — des populistes — pourraient profiter de l’action de divers groupuscules pour commettre des méfaits à l’égard de tout ce qui touche à la robotique — les médias en première ligne car ils sont représentatifs… Il pourrait être conseillé à Planète Robots, dans quelques années, de s’autocensurer afin de ne pas déclencher de vagues nuisibles à ses journalistes.
Espérons que mes élucubrations vont rester de la pure science-fiction et que les générations à venir accepteront avec philosophie les évolutions logiques de notre société — à condition bien sûr qu’elles se fassent pour le bien de tous !

Nous sommes Charlie.

 Aperçu du numéro

 

 

Partagez cet article