Les petits éditeurs viennent de porter plainte devant le parquet national financier contre la coopérative des magazines, actionnaires de Presstalis, pour « présentation de faux bilan ». Cette action pourrait constituer le grain de sable qui fait exploser le système de distribution de la presse.

«Les administrateurs concernés par cette plainte sont aussi les représentants des groupes BauerBayardCondeNastLagardère, PrismaMondadori et, comme le fait observer un proche du dossier « certains devront s’expliquer de cette situation devant leurs actionnaires ».
Pour mémoire, la présentation d’un faux bilan constitue une infraction pénale passible d’un emprisonnement de 5 ans et d’une amende pouvant aller jusqu’à 375 000 euros.»

Lien vers l’article complet sur Mediapart : Article

Partagez cet article