Deux polymères pour faire vriller un matériau comme une pousse de concombre.

En travaillant sur l’association de deux matériaux (des fibres étirées, faites d’un élastomère copolymère cyclique très étirable et d’un polyéthylène thermoplastique beaucoup plus rigide fusionné en un seul fil) une équipe de chercheurs du MIT a réussi à créer un matériau qui peut être transformé en fibres allant de quelques nanomètres à quelques centimètres, un matériau qui est capable avec le simple contact de la chaleur de la main de se contracter et lorsqu’on le refroidit, de reprendre sa position normale.

Une observation avait été faite biologiquement sur les pousses de concombre qui par une association de molécules organiques étaient capables de s’étirer et de s’enrouler sur elles-mêmes.

Démonstration d’une application possible



Les chercheurs, avec cette étude, sont arrivés à créer sous la forme de fibres, un peu comme le ferait des fibres musculaires minuscules, un matériau capable avec une chaleur extérieure de modifier sa forme et de faire des mouvements que feraient des moteurs électriques ou des moteurs à vérin, mais en étant beaucoup plus lourds.

L’utilisation de tels mécanismes permettrait de miniaturiser des moteurs. Les exemples déjà trouvés par les scientifiques, auteurs de l’étude, seraient des utilisations dans la robotique des prothèses ou dans les équipements d’opérations chirurgicales miniaturisés.

Un brin de cette fibre est si fort qu’il peut soulever 650 fois son propre poids.

sources :

https://newatlas.com/mit-artificial-muscle-cucumber/60565/

https://science.sciencemag.org/content/365/6449/145

Partagez cet article