À l’intérieur de chaque « M-Block » modulaire, se trouve un volant d’inertie qui se déplace à 20.000 tours par minute, en utilisant le moment angulaire lorsque le volant est freiné. Sur chaque bord et chaque face, se trouvent des aimants permanents qui permettent à deux cubes de s’attacher l’un à l’autre.

Petit aperçu technique de l’intérieur d’un cube avec sa centrale d’inertie

Alors que le mécanisme est assez complexe à l’intérieur, l’extérieur est à l’opposé, ce qui permet des connexions plus robustes.

“Ce qui est unique dans l’approche, c’est qu’elle est peu coûteuse, robuste et potentiellement plus facile à mettre à l’échelle jusqu’à un million de modules « , explique John Romanishin, étudiant au doctorat de la CSAIL et auteur principal d’un nouvel article sur le système. « Les M-Blocs peuvent se déplacer d’une manière générale. D’autres systèmes robotiques ont des mécanismes de mouvement beaucoup plus compliqués qui nécessitent de nombreuses étapes, mais notre système est plus évolutif. »

Les robots cubes MBlocks peuvent s’orienter à des identifiants sur leurs faces

En 2013, l’équipe a construit son mécanisme pour les M-Blocks. Ils ont créé des cubes à six faces qui se déplacent à l’aide de ce qu’on appelle des « forces inertielles ». Cela signifie qu’au lieu d’utiliser des bras mobiles qui aident à relier les structures, les blocs ont une masse à l’intérieur d’eux qu’ils « jettent » contre le côté du module, ce qui provoque la rotation et le mouvement du bloc.

Le projet a été soutenu, en partie, par la National Science Foundation et Amazon Robotics,
un organisme gouvernemental américain qui soutient la recherche fondamentale et l’éducation dans tous les domaines non-médicaux des sciences et du génie.

source :

http://news.mit.edu/2019/self-transforming-robot-blocks-jump-spin-flip-identify-each-other-1030

http://web.mit.edu/johnrom/www/design/

Partagez cet article