Une technologie qui amorçait déjà les recherches dans le domaine de la projection par hologramme était la technologie Daqri, qui imprimait directement des objets de taille réduite dans un polymère similaire au polymère utilisé par des imprimantes de type Formlabs. Mais cette technique consistait en une opération unidimensionnelle ou bidimensionnelle.

Les chercheurs du LLNL, le Lawrence Livermore National Laboratory, en collaboration avec des collaborateurs académiques, ont découvert qu’ils pouvaient créer des objets 3D complexes en quelques secondes, plutôt qu’en quelques heures ou quelques minutes pour de l’impression 3D classique couche par couche aussi bien que par stéréolithographie, en utilisant des images 3D générées par laser et ressemblant à des hologrammes.

Avec ce procédé, les chercheurs ont imprimé des faisceaux, des plans, des objets complexes aux angles géométriques, des maillages complexes et des objets parfaitement incurvés en quelques secondes.

L’impression 3D instantanée par hologramme, ou impression 3D volumétrique est créée dans un matériau organique appelé monomère. Le principe consiste à projeter par laser une image en 3 dimensions d’un objet, en faisant se chevaucher les 3 projections dans une cuve remplie au préalable d’une résine photosensible, la lumière atteignant la température idéale de polymérisation aux points de croisement des faisceaux, nécessite à peine plus de 10 secondes pour créer et solidifier l’objet.

Les possibilités offertes par cette nouvelle technologie se révèlent aussi très intéressantes lorsqu’on sait qu’elle fonctionne parfaitement dans des conditions d’apesanteur.

Le travail a bénéficié d’un financement du programme de recherche et de développement dirigé par les laboratoires (LDRD). Todd Weisgraber et Robert Panas, Lawrence Graduate Scholar et Ph.D. de l’Université de Rochester, ont également contribué au projet. Allison Browar, étudiante à l’Université de Berkeley, Brett Kelly et Johannes Henriksson, ainsi que Nicholas Fang au MIT.

Plus de détails dans la publication originale :
https://www.llnl.gov/news/volumetric-3d-printing-builds-need-speed

La chimie et l’électricité s’associent pour le déploiement de robots sans moteur

Un robot imprime en 3D un pont

 

Partagez cet article