Des ingénieurs de l’université de Washington viennent de dévoiler leur travail sur des robots, dont la taille est à peine plus grande que celle d’une mouche.

Actuellement Robofly est alimenté par un laser qui transmet de l’énergie via un système de cellules photovoltaïques et d’un convertisseur Boost qui permet d’obtenir les 240 volts nécessaires au bon fonctionnement des ailes. Les battements d’ailes du robot mouche pour le moment lui permettent de décoller ou de se poser. Par la suite le robot sera capable de contrôler un déplacement tridimensionnel.

L’idée des concepteurs de ce robot miniaturisé, destiné à voler en essaim, est de pouvoir le déployer dans un lieu pour une mission particulière, une fuite de gaz par exemple. Tout comme le feraient des mouches attirées par une mauvaise odeur se dégageant de déchets, un tel essaim de Robofly équipé de capteurs bien spécifiques pourraient localiser rapidement une fuite.

Ces robots miniatures pourraient voir leurs vols rendus possibles dans des zones accidentées et très étendues grâce à une méthode d’alimentation en énergie par des ondes de radiofréquence et des accus miniaturisés.

Visuel du circuit flexible équipé du convertisseur Boost

Des abeilles robots bientôt lancées dans l’exploration de Mars

Robobee, un robot de la taille d’un insecte, qui fait des étincelles

 

Partagez cet article