Providence est un projet qui a débuté en 2016, financé à hauteur de deux millions de dollars par une fondation créée en partie par le cofondateur de Intel, il est censé permettre la mise en place de systèmes technologiques en Amazonie pour y surveiller la biodiversité et son évolution.

L’idée est de déployer un réseau de relais et de capteurs d’informations pour des robots autonomes à six pattes, dans le but qu’ils livrent à travers la forêt amazonienne, des informations sur la faune et la flore en temps réel, et quelles que soient les conditions.

Assisté par des spécialistes de la forêt amazonienne, des premiers tests des équipements ont été faits sur plusieurs sites distants de plusieurs kilomètres afin de valider la robustesse du matériel face à des conditions d’utilisation en milieu humide, et les capacités des capteurs acoustiques, visuels et de ses systèmes de vision thermique.

Les ingénieurs cherchent à rendre les robots déployables facilement par une seule personne et qu’ensuite les robots puissent se débrouiller tout seuls dans la forêt et distinguer des arbres en pleine croissance, de plantes qui pourraient les ralentir ou bloquer leurs déplacements dans la forêt pendant leurs observations.

 

À six pattes en bipode

 

Partagez cet article