0 0
Read Time:1 Minute, 0 Second

Si l’on part du principe qu’une fois sorti de son espace de travail industriel restreint, un robot classique est moins agile et plus sensible au chaos d’un environnement naturel, un robot mou apporte au contraire une souplesse qui lui permet de s’adapter à son environnement.

À travers différentes recherches qui sont faites dans plusieurs laboratoires dans le monde, des découvertes sont faites en matière de déplacement, de préhension, d’orientations dans le domaine des robots souples.

En matière de robots mous, il faut aussi penser particulièrement aux robots souples miniatures.

Des robots mous pour nous opérer et nous soigner


Si l’on en croit Giada Gerboni, ingénieur biomédicale, qui est intervenue lors d’une conférence TED, les soft bots, ou robots mous vont être de plus en plus demandés dans la chirurgie ambulatoire, notamment avec l’arrivée de nouvelles aiguilles pilotables, capables d’être contrôlées avec précision pour contourner des obstacles à l’intérieur du corps humain.

Les robots mous, ou souples ont la cote en Suisse.

Des robots origami créés à Harvard

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Partagez cet article
Previous post Qui veut un SpotMini pour 2020 ?
Next post De l’art brute ? Non de l’art Bot

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *