Des chercheurs de l’Université de Manchester développent des capteurs chimiques qui peuvent être montés sur des « robots vers » dans le cadre d’un projet impliquant des partenaires dans quatre pays européens pour améliorer la détection des personnes piégées sous des débris après une catastrophe.

Face aux catastrophes naturelles ou causées par l’homme, les équipes de recherche et de sauvetage en milieu urbain et d’autres premiers intervenants comme la police, les unités médicales ou la protection civile se battent contre la montre pour localiser les survivants dans un délai critique de 72 heures, souvent à leurs propres risques en raison de la présence de structures instables ou de milieux dangereux.

Le kit innovant de recherche et de sauvetage CURSOR comprend des robots équipés de capteurs chimiques qui détectent un large éventail de substances chimiques indiquant la présence humaine, qui sont transportées par un drone depuis le quartier général opérationnel jusqu’au lieu de la catastrophe. Sur place, les robots travaillent de façon autonome dans des grappes à la recherche de survivants.

De plus, le drone de commandement (véhicule aérien télépiloté) fait office de hub aérien qui produit des images haute définition pour une visualisation précise de la zone sinistrée et permet la communication avec le centre de contrôle.

« Les nouvelles technologies en cours de développement ajouteront un arsenal d’outils de grande valeur aux équipes impliquées dans les opérations de recherche et de sauvetage à travers le monde. « 

Prof. Krishna Persaud

Source :

https://www.manchester.ac.uk/discover/news/worm-robots/

Détails des partenaires :

http://www.arttic.eu/pages/posts/cursor-project-press-release-215.php

Exemple de traçage chimique par le ScaLAR Lab

Partagez cet article