Retrouvez Planète Robots en
version numérique sur :

Neuralink pourrait implanter des puces dans le cerveau de volontaires très bientôt

Neuralink pourrait implanter des puces dans le cerveau de volontaires très bientôt

Neuralink est une startup crée notamment par Elon Musk en 2016. L’entreprise pense pouvoir implanter des puces dans notre cerveau d’ici 6 mois. Ces puces pourraient améliorer notre capacité à communiquer avec des appareils et des systèmes informatiques.

Le cerveau humain à l’ère de la technologie : l’implantation de puces Neuralink

La puce de Neuralink, implantée dans le cerveau, permettrait de traduire les impulsions électriques analogiques en code informatique numérique. Les puces peuvent aider à améliorer la mémoire, la concentration et la prise de décision, ainsi qu’à traiter des informations plus rapidement et plus efficacement. De même, ces puces peuvent aider à réduire le risque de maladies neurologiques et à améliorer la qualité de vie de ces personnes.

Des expérimentations sur des animaux a déjà eu lieu. Neuralink a notamment présenté une vidéo où un singe équipé de cette puce pouvait jouer à un jeu vidéo. Plutôt que d’utiliser une manette de jeu, le singe pilotait sa raquette par la pensée. Lorsque le singe gagnait, celui-ci recevait une récompense par le biais d’une paille.

© Neuralink

Une mise en application dans moins de 6 mois ?

Neuralink tente d’obtenir l’approbation de la FDA (l’autorité américaine chargée des médicaments) pour son implant cérébral. L’entreprise espère ainsi démontrer les capacités de ses puces en vue d’une prochaine commercialisation.

En attendant d’obtenir ce précieux sésame, Neuralink est actuellement sous le feu des critiques. Ce serait plus de 1 500 animaux (moutons, porcs, singes), qui auraient subi des tests de puces Neuralink et qui seraient décédés. D’après des employés de la firme, ce chiffre aurait pu facilement être revu à la baisse. Ce serait la précipitation, le désir d’être le premier à mettre au point cette puce, qui aurait bâclé certaines expériences, mettant fin prématurément à la vie de ces animaux. Une enquête est désormais en cours au Davis Primante Center, laboratoire de l’Université de Californie, où à eu lieu ces expérimentations.

Neuralink n’est pas seul sur ce créneau

D’autres entreprises, comme Synchron, travaillent sur le même sujet. Celle-ci a même damé le pion de Neuralink en implantant une de leur puce Stentrode sur un humain ayant perdu la possibilité de se mouvoir et communiquer. Depuis, le patient peut surfer sur le web et envoyer des messages via un ordinateur.

Illustration en une : requête ” Fille cyberpunk portant un appareil neuralink sur ses tempes” sur Stable Diffusion.

Site officiel de Neuralink.

Partagez cet article

Frédéric Boisdron