Retrouvez Planète Robots en
version numérique sur :

Robotique : les annonces de NVIDIA au GTC 2024

Robotique : les annonces de NVIDIA au GTC 2024

C’était l’événement que tous les acteurs de la Tech attendaient avec impatience : la conférence  GTC  (GPU Technology Conference) 2024 qui s’est déroulée cette année du 18 au 21 mars. Un rendez-vous international incontournable dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) .


Les développeurs, ingénieurs, chercheurs et professionnels de l’informatique du monde entier se sont retrouvés pendant quelques jours sous l’égide du géant américain NVIDIA.

Publicité

Le média spécialisé dans la formation LearnThings décrypte pour Planète Robots les information importantes qui permettent de mesurer l’incroyable santé financière de NVIDIA. Mais aussi son étonnant développement stratégique durant ces 15 dernières années.

Jensen Huang, CEO de NVIDIA

 

A cette occasion, NVIDIA a notamment :

–  dévoilé l’architecture Blackwell, un monstre de calcul à plus d’un exaflop, marquant une avancée considérable dans la puissance de calcul.
– présenté le projet GR00T, visant à développer des robots humanoïdes auto-conscients grâce à l’utilisation de leur pile AI complète.
– annoncé qu’elle rendait ses technologies de jumeaux numériques Omniverse accessibles à tous les développeurs, ouvrant des possibilités dans de nombreux secteurs.

Romain Campenon, fondateur de LearnThings, revient pour nous sur ces annonces.

Les annonces de NVIDIA au GTC 2024

“La plus grosse annonce, cc’est la nouvelle puce Blackwell, qui va sans aucun doute servir à alimenter la plupart des modèles d’IA générative. Ces puces utilisent beaucoup moins d’énergie (jusqu’à 25 fois). Et permettent de procéder à des calculs intensifs bien plus important que les puces des précédentes générations.

NVIDIA a aussi lancé une nouvelle plateforme de microservices pour l’inférence. Il s’agit d’une approche dans le cadre de laquelle un ensemble de petits services indépendants sont utilisés pour exécuter des tâches de prédiction. Ou pour prendre des décisions sur de nouvelles données à partir de ce qu’un modèle IA a déjà appris. Cela va grandement accélérer le développement de logiciels d’IA.

Ce qui ressort aussi de cette conférence, c’est la plateforme Omniverse. Celle-ci est en quelque sorte leur métaverse. Qui est probablement plus abouti que celui de Meta. Ils ont annoncé qu’il sera directement disponible via API. Ils nous ont même informé d’un partenariat avec l’Apple Vision Pro lors d’une démo dévoilée lors de la conférence, qui a présenté le jumeau numérique d’une voiture sur les écrans du Vision Pro.

Autre nouveauté : une plateforme qu’ils sont en train de lancer, de recherche en 6G qui vise à faire avancer les communications sans fil grâce à l'intégration de l’intelligence artificielle.

En ce qui concerne la robotique, ils ont surtout parlé du projet GR00T ainsi que d’une mise à jour de leur plateforme qui s’appelle Isaac Robotics. Une plateforme, justement, à destination des développeurs de programmes d’intelligence artificielle pour les robots. Le projet GR00T quant à lui est le projet d’IA qui servira de “cerveau” au robot du futur. Ils ont aussi parlé d’un nouvel ordinateur, le Jetson Thor. Il s’agit d’une nouvelle plateforme robotique avancée qui permet
d’effectuer des tâches de traitement du langage naturel et d'interaction environnementale en temps réel !

GR00T: vers un cerveau primitif des robots ?

Le projet GR00T, le modèle d’IA, sera basé lui-même basé sur cette plateforme qui utilisera elle- même les puces Blackwell dont on a parlé au début.

La conférence NVIDIA GTC a permis de montrer que NVIDIA n’était plus seulement une entreprise spécialiste des GPU, mais ils sont en train de devenir une véritable boîte à outils de l’IA.

Preuve en est, ils ont dévoilé de nombreuses plateformes dédiées aux développeurs IA pour pouvoir gérer de futurs modèles, ainsi que des plateformes spécifiques aux modèles d’IA pour les robots. Je dirais qu’on a ressenti pendant la conférence qu’ils se concentrent beaucoup plus sur la création de logicielle qui permettra de créer, entrainer, gérer et utiliser des modèles. Le hardware, reste leur “vache à lait”, mais je pense qu’aujourd’hui, ils ont bien compris qu’ils devaient aussi se concentrer sur autre chose.

Pour la partie robotique, ce que je retiens beaucoup du projet groupe, c’est que ce qu’ils veulent mettre tout en place pour un modèle d’IA avec un apprentissage multimodal. Des robots qui soient capables d’apprendre à partir de la vision, à partir de l’audio, à partir de textes et d’autres types d’instructions qu’on leur donnera. Et que tout cela soit fait en temps réel. Cela permettra au robot e réagir directement à tout ce qui se passe autour de lui en direct. Quand je regarde un peu ce que
font les compétiteurs, ils sont dans une approche plus algorithmique du robot. Alors que là, avec NVIDIA, c’est vraiment une approche dite “intelligente”. Plus ces robots reçoivent d’information, plus ils apprennent, et plus ils seront capables de réaliser des actions diverses. NVIDIA sont aujourd’hui les mieux placés pour aider à créer un robot polyvalent”.

Propos recueillis par Eric Bonnet

Photo : Jensen Huang, CEO de NVIDIA  (c) NVIDIA

Partagez cet article

Eric Bonnet