Retrouvez Planète Robots en version numérique sur :

L’IAC, première course au monde de voitures autonomes

L’IAC, première course au monde de voitures autonomes
0 0
Read Time:2 Minute, 37 Second

L’Indy Autonomous Challenge (IAC), la toute première course de voitures autonomes, s’est tenue le 7 janvier à Las Vegas, lors du CES 2022. L’équipe italo-américaine PoliMOVE a remporté le premier prix de l’évènement ainsi qu’un lot de 150 000 $.

“Mesdames et messieurs, démarrez votre logiciel”

La technologie automobile s’est tellement développée ces dernières années que l’événement automobile CES au West Hall du Las Vegas Convention Center est devenu l’un des plus grands salons automobiles au monde. C’est en effet dans ce cadre que s’est tenue la première course de voitures autonomes, au Las Vegas Motor Speedway

“Mesdames et messieurs, démarrez votre logiciel”. C’est par ces mots, prononcés par Karen Chupka, vice-présidente-exécutive du CES Consumer Technology Association, que débutait à Las Vegas la toute première course au monde pour voitures autonomes, dans le cadre de l’Indy Autonomous Challenge.

Lors de l’épreuve, deux voitures concourraient à la fois dans une course à élimination directe, dans l’esprit des courses de dragsters. Cette grande première n’était rien de moins qu’une prouesse technologique. En effet, assure Paul Mitchell, président du CES Energy Systems Network, “les algorithmes logiciels nécessaires pour faire courir deux voitures côte à côte à des vitesses de 270 km/h nécessitent une quantité de ressources considérable par rapport à une course en solo”.

L’IAC repousse les limites de la conduite autonome

Toutes les voitures en compétition étaient basées sur une voiture de course Indy Lights modifiée. Construites par Dallara, elles étaient propulsée par un moteur Honda turbocompressé de 2,0 litres pour 388 chevaux. Chaque cockpit embarquait ainsi trois Lidars, trois Radars, six caméras, plusieurs ordinateurs et toute une série de capteurs.

“Il n’y a aucun avantage matériel”, a déclaré par ailleurs Madhur Behl, professeur d’informatique à l’Université de Virginie. “Chaque voiture a le même moteur, les mêmes pneus, les mêmes capteurs. La seule façon de battre une autre équipe est d’avoir un meilleur logiciel”.

“L’objectif de ce concours est de développer les algorithmes et la recherche conçus pour repousser les limites de la conduite autonome”, déclare de son côté Phillip Karle, chef d’équipe de TUM Autonomous Motorsport, une collection de 15 doctorants.

Driveblocks, l’avenir de la voiture autonome ?

PoliMOVE, une équipe d’étudiants transnationaux, a reçu les honneurs du concours de l’IAC. Et ce partenariat entre le Politecnico di Milano d’Italie et l’Université d’Alabama pourrait bien être l’avenir de la conduite autonome. Dans la foulée, les finalistes ont en effet annoncé le lancement d’une nouvelle société de plate-forme d’autonomie, nommée Driveblocks. La société prévoit d’offrir une plate-forme modulaire, évolutive et sécurisée pour les véhicules entièrement autonomes.

Driveblocks prévoit initialement de cibler le secteur des véhicules utilitaires et d’offrir une solution complète d’automatisation de flotte. Ils espèrent ainsi servir des clients dans de nombreux domaines, dont notamment l’exploitation minière, l’agriculture ou la logistique d’entrepôt.

“L’idée ici est de repousser les frontières de la robotique, de l’intelligence artificielle et des véhicules autonomes. Nous le faisons en démontrant à quel point nos voitures sont stables. Elles peuvent réellement rouler en toute sécurité à 270 km/h”, a déclaré PoliMOVE.

(c)  © Indy Autonomous Challenge / Ansys

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Partagez cet article

Antoine Fabre

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *