Retrouvez Planète Robots en
version numérique sur :

Falcon Heavy s’apprête à prendre son envol après 3 ans d’absence

Falcon Heavy s’apprête à prendre son envol après  3 ans d’absence

En attendant le départ imminent des deux futures plus puissantes fusées de l’histoire, la SLS de la NASA et le Starship de SpaceX, il ne faut pas oublier le Falcon Heavy de SpaceX, le lanceur actuel le plus puissant. Il devrait décoller demain, le 1er novembre, après 3 ans d’absence, pour déployer des satellites militaires.

Des ambitions à la baisse

Aux heures de gloire de l’astronautique des années 60 et 70, chaque nation rivalisait avec des fusées de plus en plus puissantes. Puis les américains ont balayés les ambitions russes de faire atterrir le premier humain sur la Lune en y arrivant en premier, dès 1969. Puis, les Etats-Unis ont réitérés l’exploit 5 autres fois, jusqu’en 1972. Les américains avaient la Saturn V, la fusée la plus puissante de tous les temps jusqu’à aujourd’hui. Les russes travaillaient sur la N1, légèrement plus puissante que la Saturn V. Mais, aucune N1 ne réussit à décoller correctement.

Depuis, les lanceurs sont devenus bien moins puissants, faute d’ambitions de colonisation lunaire ou martienne. Le gigantisme a eu lieu, mais en orbite, sous la forme d’un projet international, la Station Spatiale Internationale.

Le retour du gigantisme

Avec l’ambition de retourner sur la Lune, de faire un premier voyage habité vers Mars ou au-dessus de l’atmosphère vénusienne, les lanceurs ont de nouveau la folie des grandeurs.

La NASA se prépare à lancer la première mission test du retour à la lune, la mission Artemis 1. Elle emploie une fusée, la SLS, aux caractéristiques proches de la Saturn 5, tout en employant des technologies (et des pièces) développées pour la navette spatiale. Alors qu’elle est plus petite que son ancêtre, la SLS de la mission Artemis 1 est très légèrement plus puissante que la Saturn 5.

La SLS de la mission Artemis 1, sur son pas de tir, prête à décoller. © NASA

La société privée américaine SpaceX développe dans son coin le Starship. Elle consiste en un énorme vaisseau spatial réutilisable, le Starship, surmontant un impressionnant premier étage, le Super Heavy. Le Starship devrait servir pour la mission Artemis 3, pour déployer des astronautes sur le sol lunaire. SpaceX ambitionne également de se servir de Starship, dans une version améliorée pour envoyer des humains sur Mars dans les prochaines décennies. Si il décolle, le Starship prendra immédiatement la place de lanceur le plus puissant de l’histoire, loin devant la Saturn 5 et la SLS.

Le premier prototype de Starship au complet, également prêt à décoller. © SpaceX

La SLS d’Artemis 1 ainsi que le Starship devrait décoller, si tout va bien, pour leurs premiers vols d’essais, dans le courant du mois de novembre.

En attendant, le Falcon Heavy va reprendre du service

Après trois ans d’absence et seulement trois vols entre février 2018 et juin 2019, la Falcon Heavy de SpaceX est actuellement le lanceur le plus puissant en activité. C’est cette fusée qui a lancée la fameuse voiture Tesla en février 2018, afin de tester le lanceur sans risquer de détruire un précieux et couteux satellite si la mission avait été un échec.

La Falcon Heavy a depuis lancé un satellite de communication géant pour le monde arabe en avril 2019, et un ensemble de plusieurs satellites militaires pour le compte de l’armée américaine en juin 2019.

La Falcon Heavy a démontré ses impressionnantes capacités en 3 vols et a même réussi à faire atterrir de concert les deux boosters à chaque fois, pour une future réutilisation. Par contre, l’étage central n’a été récupéré qu’une seule fois, les autres s’étant abimés sur la barge destinée à les recevoir.

Ce premier novembre, la Falcon Heavy va effectuer son quatrième vol, afin d’y envoyer deux satellites militaires classifiés USSF-44 en orbite géostationnaire. Comme ces satellites sont d’une masse imposante, justifiant l’utilisation d’une Falcon Heavy, l’ensemble du carburant de l’étage principal sera utilisé dans son ensemble, empêchant de pouvoir le récupérer sur une barge, faute de carburant nécessaire pour donner les impulsions pour atterrir à la verticale. Celui-ci ne sera donc pas récupéré.

Pas moins de 11 autres missions sont programmées avec Falcon Heavy jusqu’en 2026. Ce lanceur devrait être abandonné lorsque SpaceX aura finalisé le Starship, jugé bien plus économique car entièrement réutilisable.

Première mission de test de la Falcon Heavy en février 2018. © SpaceX

Site Officiel de SpaceX : spacex.com

Partagez cet article

Frédéric Boisdron