Retrouvez Planète Robots en
version numérique sur :

Menuiserie 4.0 : quand les robots et la scie assument seuls l’équipe de nuit

Menuiserie 4.0 : quand les robots et la scie assument seuls l’équipe de nuit

Autonomes et sans temps de pause légal, les robots peuvent apporter une réelle valeur ajoutée aux menuiseries et augmenter la production. Cependant, l’acquisition de telles machines est souvent associée à des coûts élevés. Une solution réalisable pourrait être l’utilisation de machines d’occasion.

Publicité

La menuiserie est un métier traditionnel qui existe depuis des siècles. Mais même ce métier n’échappe pas à la numérisation et à l’automatisation par l’utilisation de robots. Dès le milieu des années 1970, le développement de la numérisation dans le travail du bois a commencé avec l’introduction des premières machines à commande numérique et électronique. Puis, à la fin des années 1990, les premières lignes d’assemblage haute performance avec chargement robotisé sont apparues sur le marché.

Etat de la technique

Une cellule de découpe moderne se compose aujourd’hui d’un stockage automatique de panneaux, d’une scie à poutres sous pression, d’un robot de manutention et de plusieurs postes d’empilage. Le stockage de panneaux fournit en continu des panneaux demi-format. Le pousseur programmé saisit les panneaux, effectue des coupes précises et élimine automatiquement les chutes. Le robot prend en charge les bandes traitées, les fait pivoter si nécessaire et les positionne pour d’autres coupes. Une station d’étiquetage intégrée à chaque découpe fournit les informations nécessaires. Les découpes finies sont réparties sur différents postes d’empilage. Et lorsque la palette est pleine, un changement automatique est effectué.

Contrairement au menuisier, le robot ne se fatigue pas. Et la cellule de découpe automatisée n’est pas tenue de respecter les temps de pause légaux. Ainsi, les machines peuvent désormais prendre en charge l’équipe de nuit. Dans l’atelier sombre de la menuiserie 4.0., les robots et les scies effectuent leur travail de précision. Et peuvent produire de manière totalement autonome plus de 1 000 panneaux en une seule équipe.

Efficacité, flexibilité et durabilité : les avantages de l’automatisation

L’automatisation et l’utilisation de robots offrent donc de nombreux avantages dans le domaine de la menuiserie. Les fabricants de meubles et de cuisines, qui doivent souvent passer de la production en série à la production à l’unité, profitent particulièrement de la flexibilité des machines modernes. Ces technologies permettent un travail du bois précis et efficace. Ce qui améliore considérablement la qualité et la cohérence des produits. Il s’agit d’un facteur décisif dans le cadre des contrats de livraison avec les grands magasins de meubles. Lesquels exigent une qualité constante des produits. Un autre avantage essentiel est le gain de temps. Car les machines automatisées réduisent considérablement le temps de production. Selon la gamme de pièces et le procédé de production, il est possible de produire 25 % de panneaux en plus en une seule équipe.

Les robots peuvent également pallier la pénurie de main-d’œuvre qualifiée. En effet, ils peuvent assumer des tâches qui nécessiteraient autrement une main-d’œuvre qualifiée et ainsi maintenir la production.

Enfin et surtout : un autre aspect important est la durabilité. Grâce à la numérisation, la découpe peut être planifiée avec plus de précision. Et les machines peuvent utiliser le matériau jusqu’aux restes de panneaux. Ce qui permet  moins de déchets et une utilisation plus économique des ressources.

Inconvénients : coûteux et peu familiers

Malgré les nombreux avantages, il existe également des inconvénients à l’automatisation et à l’utilisation de robots en menuiserie. L’une des principales raisons pour lesquelles de nombreuses entreprises ne sont pas encore aussi numérisées qu’elles pourraient l’être est le coût élevé des investissements. Cela peut représenter un obstacle financier important. En particulier pour les petites et moyennes entreprises dont font partie la plupart des menuiseries et des fabricants de meubles à caissons. Pour les travailleurs du bois qui souhaitent franchir le pas de la numérisation, il existe toutefois des possibilités d’acquérir des machines de qualité, même d’occasion. Par exemple, une scie à panneaux HOMAG SAWTEQ b-300 flexTec (année de construction 2020) avec manutention robotisée provenant de la production d’un fabricant de cuisines belge est disponible à l’achat direct sur le marché des machines d’occasion Surplex.

Les inconvénients fréquemment cités sont la formation nécessaire des collaborateurs et le risque lié à la dépendance accrue vis-à-vis de la technologie. L’introduction de machines automatisées et de robots nécessite une formation des collaborateurs. Mais il s’agit d’un investissement dans l’avenir. Lequel sera rapidement rentabilisé par une productivité accrue et une réduction des taux d’erreur. Il est vrai que toute nouvelle technologie automatisée implique un certain degré de dépendance et que les pannes peuvent retarder la production. Ce défi n’est toutefois pas limité aux systèmes automatisés. Il s’applique aussi à toutes les machines de pointe et peut être minimisé par une maintenance préventive.

Conclusion : l’avenir de la menuiserie 4.0 est numérique

L’avenir de la menuiserie sera marqué par la numérisation et l’automatisation. Car leurs avantages l’emporteront de plus en plus sur leurs inconvénients, qui sont progressivement éliminés. Pour les petites et moyennes entreprises en particulier, le progrès technologique offre un énorme potentiel pour devenir plus efficaces et plus compétitives.

www.planeterobots.com

 

Partagez cet article

Eric Bonnet